ÉPISODE #1 RESTAURATION D’ARTEFACTS | CONSERVATION DU PATRIMOINE CULTUREL

Des sept merveilles du monde, comme le Machu Picchu ou le Taj Mahal, aux innombrables merveilles immatérielles de la planète, comme la danse « xoè » des Thaïlandais au Viêt Nam ou la calligraphie arabe, le patrimoine culturel nous fascine où que nous allions.

D’ailleurs, l’une des raisons pour lesquelles nous voyageons à d’autres pays est la découverte et la connaissance de leur culture. La diversité des traditions, des manifestations artistiques et des modes de vie se reflète dans le patrimoine culturel, matériel et immatériel, d’un pays.

Si vous aimez les chiffres et les statistiques, vous serez intéressé de savoir, par exemple, que « plus de 28 millions de voyages en Espagne en 2022 ont été mobilisés par la culture avec une dépense totale associée de plus de 23,8 milliards d’euros » (selon les données du département de la culture du gouvernement espagnol).

Jordan

Si le patrimoine culturel nous définit collectivement et individuellement, et qu’il est l’une des raisons pour lesquelles nous voyageons au niveau national et international, il semble évident qu’il est important de le préserver.

La restauration des artefacts culturels, une partie très importante de la conservation, est non seulement nécessaire, mais aussi fascinante. Les techniques de restauration sont très intéressantes en elles-mêmes.

Pour en savoir plus sur ce travail laborieux, je me suis entretenue avec Giorgia Cipollone, artiste italienne et restauratrice d’œuvres d’art vivant à Londres. Vous serez sans doute séduits par sa vie et son parcours, et elle ne vous laissera pas indifférents à ses recherches actuelles : la restauration du patrimoine culturel subaquatique !

ENTREVISTA CON GIORGIA CIPOLLONE

Bonjour Giorgia ! Merci d’avoir pris le temps pour notre rencontre aujourd’hui. Tout d’abord, pourriez-vous vous présenter ?

Oui, bien sûr. Je m’appelle Giorgia, je suis une artiste italienne et une conservatrice d’art. Je vis au Royaume-Uni depuis 2010/11. Pour l’instant, je souhaite me consacrer dorénavant à la conservation archéologique sous-marine. Je suis également passionnée de plongée et je souhaite donc découvrir le patrimoine culturel subaquatique, qui n’est pas encore très accessible ni très exposé au public encore.

Pourquoi vous êtes-vous intéressé à la conservation ?

Tout a commencé quand j’étais petite fille. Je suis née dans le centre sud de l’Italie, entre Rome et Naples, et j’ai grandi dans le nord, dans la campagne près de Milan. L’endroit où j’ai grandi était entre un château et une ferme (cela semble chic aujourd’hui, mais ça ne l’était pas du tout), un bâtiment historique appartenant à la famille Visconti, une famille riche qui possédait de nombreuses propriétés à l’époque.

Ils ont réaménagé le bâtiment en appartement. Je pense que tout est venu du fait que nous vivions dans ce bâtiment historique, avec un plafond très haut, tout en bois et en pierre.

Je me souviens qu’un de nos voisins a fait des travaux de restauration et a trouvé une fresque, et il a donc ouvert sa maison aux visiteurs. Cet environnement m’a donné l’amour et la passion de la conservation, de l’art et de l’histoire.

J’ai également eu beaucoup de chance car j’avais deux autres voisins qui étaient peintre et imprimeur, et peintre à l’huile et restaurateur. À l’âge de cinq ans, j’ai commencé à me rendre dans leur atelier et à y passer la journée. Je me souviens de l’odeur de la térébenthine. C’était génial. J’adorais ça. Oui, je pense que tout est parti de là.

Et quand vous avez grandi, vous avez décidé de faire carrière dans ce domaine, n’est-ce pas ?

Oh, c’est une longue histoire, mais je vais essayer d’être bref. Oui, quand j’ai grandi, j’ai étudié les beaux-arts, mais il s’est passé beaucoup de choses dans ma vie, notamment un accident de voiture qui m’a bloqué pendant quatre mois parce que je me suis cassé la colonne vertébrale. Pendant ce « temps libre », j’ai commencé à réfléchir à moi-même et à ma vie, et j’ai décidé de visiter Londres. J’ai toujours voulu visiter Londres, je ne sais pas pourquoi, mais tiens, je suis toujours là aujourd’hui. Venant d’un petit village de la campagne italienne, où les opportunités étaient inexistantes et où il n’y avait pas grand-chose à faire, dès mon arrivée à Londres, je suis immédiatement tombée amoureuse.

J’ai ensuite commencé à me frayer un chemin dans la société et j’ai tout de suite commencé à travailler. À 20 ans, je me suis davantage concentrée sur la découverte du monde, et j’ai donc beaucoup voyagé dans de nombreux pays. Ensuite, j’ai décidé de retourner étudier. On ne peut accéder à certaines sources d’information et créer un réseau que si l’on va à l’université.

J’ai été très heureuse de prendre cette décision, même si beaucoup de gens autour de moi avaient des doutes, car j’ai commencé l’université à l’âge de 27 ans. Ce fut le meilleur choix de ma vie. J’ai fait trois ans de conservation de peinture à Londres, ce qui m’a ouvert de nombreuses portes. Cet alors que j’ai effectué mon premier voyage en tant que restauratrice. Nous sommes allés en Inde, à Goa.

Goa est une colonie portugaise, qui possède donc beaucoup d’art chrétien. Nous avons restauré une vingtaine de peintures à l’huile et de cadres provenant du palais de l’archevêque. C’était une expérience extraordinaire qui m’a confirmé que c’était ce que je voulais faire toute ma vie. Après les études j’avais mon propre studio de conservation de tableaux, mais je voulais en faire plus.

J’ai donc commencé à travailler à l’école où j’avais étudié en tant qu’assistante, et j’ai commencé à expérimenter avec de nouveaux objets. J’ai toujours été attirée par l’archéologie, l’histoire et l’anthropologie, c’est pourquoi je me suis inscrite à l’Université de Lincoln pour me spécialiser dans la conservation archéologique sous-marine.

En parlant de conservation archéologique, vous avez également travaillé en Égypte, n’est-ce pas ?

Oui, ma deuxième expérience à l’étranger s’est déroulée au Musée archéologique égyptien du Caire. J’y suis restée trois mois, non seulement pour le travail, mais aussi pour voyager et explorer le pays. Tous les autres étaient des étudiants du Caire, et j’étais donc la seule étrangère à ne pas parler arabe. Ce fut une expérience formidable. J’ai essayé de m’intégrer à la population locale et j’ai appris quelques mots de la langue. Lorsque vous visitez un pays étranger, vous devez respecter sa culture, sa religion et son mode de vie.

C’était aussi très intéressant d’un point de vue archéologique, car l’Égypte est l’un des principaux pays en termes de patrimoine archéologique. J’avais l’impression d’être Indiana Jones ! Dans le laboratoire de conservation, je travaillais avec des papyrus, des objets très anciens qui ont marqué l’histoire de la civilisation humaine… Je me sentais béni chaque jour de pouvoir travailler avec eux.

Comme vous vivez à Londres, participez-vous à des projets dans cette ville ?

Oui, cet été, j’ai réalisé un projet très intéressant avec une bibliothèque. Avec une équipe de conservateurs, nous avons travaillé sur des archives très importantes et anciennes de livres provenant du monde entier. Les livres sont très importants, car ils font partie de l’histoire et du patrimoine de l’humanité, et il est très intéressant de voir comment chaque pays traite son histoire à travers ses livres.

Parmi tous ces livres, les plus beaux que j’ai trouvés sont les livres de mathématiques et d’astrologie des pays asiatiques. La façon dont ils sont faits est absolument magnifique, je ne savais même pas que ce genre de forme existait !

J’ai également adoré un livre sur la religion et la culture bouddhistes, fait à la main en bambou, avec une couverture magnifiquement sculptée et façonnée, peinte en rouge et or, et avec de longues feuilles de papier à l’intérieur. C’était tellement beau…

C’est très intéressant ! J’adore les livres, alors quand je voyage, j’essaie toujours de visiter des bibliothèques et d’en apprendre plus sur la culture locale du livre. Par exemple, dans ce blog, je parle du papier washi au Japon et du papyrus en Égypte. Je pense que votre expérience de la restauration du papyrus et du travail avec des livres anciens est très inspirante.

*article sur le papier washi et article sur le papyrus

Je vous remercie. Oui, j’ai vu sur votre site que vous êtes également passionné par l’art et que vous aimez aussi les découvertes et les techniques d’autres pays. Nous sommes donc des personnes très différentes, mais très liées par notre passion et nos intérêts.

Vous avez dit tout à l’heure que vous vouliez vous spécialiser dans le patrimoine culturel subaquatique. Quelle est votre approche ?

Oui, c’est un nouveau domaine pour moi. J’aime plonger, même si je ne suis pas encore un professionnel, et je prépare une thèse à l’université de Lincoln sur le patrimoine culturel subaquatique pour mai 2024. J’étudie comment protéger, restaurer et conserver les artefacts sous-marins, avec un accent particulier sur les matériaux en pierre. J’explore des méthodes de restauration récemment découvertes – la conservation sous-marine est en fait assez récente. J’aimerais également étudier comment le changement climatique affectera le patrimoine et l’environnement sous-marins, et comment cette nouvelle technique sera résiliente ou applicable dans un environnement changeant.

Je suis quelqu’un de très pratique, je veux donc faire de la recherche mais aussi réaliser moi-même le traitement de conservation sous-marine. Cette année, comme je vais en Italie pour Noël, j’ai contacté le directeur du Parc Archéologique Sous-marin BAIA (Naples), et je vais plonger et explorer le parc si les conditions météorologiques sont suffisamment bonnes (je croise les doigts !), et aussi en savoir plus sur son projet de restauration.

Je sais que vous êtes également artiste, que faites-vous ?

Cette histoire remonte également à mon enfance. Lorsque j’étais petite fille, j’ai été l’élève d’un de ces voisins artistes dont je vous ai parlé, qui m’a beaucoup appris sur les portraits. J‘ai donc toujours aimé les portraits et j’ai toujours été fascinée par les visages humains, en particulier ceux des femmes. Je ne sais pas pourquoi, mais je dessine toujours des visages de femmes.

Puis j’ai eu un blocage à l’âge de 20 ans et j’ai arrêté de faire de l’art pendant un certain temps. Après avoir beaucoup voyagé et acquis de l’expérience, j’ai recommencé à faire de l’art, mais mon art est un peu particulier. Je pense toujours que l’on aime ou que l’on déteste.

Mes peintures sont principalement des portraits de femmes, probablement en rapport avec mes recherches personnelles. Je pense que dans toutes les femmes que je dessine ou que je peins, j’essaie toujours de représenter quelque chose de moi-même (même si je ne me peins jamais).

Plus tard, j’ai également développé d’autres compétences artistiques, telles que la peinture corporelle ou body painting. Malheureusement, je n’ai pas le temps d’en faire ma carrière principale, mais si j’avais sept vies comme les chats, je le ferais sans aucun doute !

Je travaille parfois comme peintre corporel dans certains endroits, comme le festival espagnol ELROW. Chaque année, ils choisissent un thème différent et c’est incroyable : c’est une explosion de couleurs et de performances.

Enfin, je travaille également comme coach artistique et professeur pour les débutants. Il s’agit d’événements de peinture de la société Primer Pass. Je suis très heureuse de cette expérience qui consiste à « donner aux gens », et je vais donc continuer à donner des cours d’art quand je le peux et à entretenir mon côté artistique.

Finallement, en tant que restaurateur d’œuvres d’art, comment vos connaissances et votre expérience en matière de conservation ont-elles influencé votre création artistique ?

Je pense qu’il y a un certain lien entre les deux, sans aucun doute. On a toujours dit que les restaurateurs n’étaient pas des artistes. En effet, il est évident que lorsque vous effectuez des travaux de conservation, vous ne devez pas penser avec la mentalité d’un artiste, sinon vous allez modifier la peinture. Ce ne serait pas de la conservation et de la restauration ; vous créeriez votre propre œuvre d’art, et ce n’est pas bien. Il s’agit donc de deux professions très différentes : conservateur et artiste. Mais en même temps, les deux sont étroitement liés.

L’être humain a toujours fait de l’art. Même dans un bâtiment ou un monument, tout exprime leurs sentiments et besoins. Je n’ai jamais rencontré un conservateur qui n’ait pas l’âme d’un artiste. Les conservateurs sont toujours des gens formidables parce qu’ils veulent conserver, ils ne le font pas pour le business. Je pense qu’il en va de même pour les artistes. Quand on est artiste, on ne le fait pas vraiment pour le profit, on le fait par passion, on le fait par amour et parce qu’on veut découvrir quelque chose.

Conclusions sur la restauration du patrimoine culturel

Grâce à cette conversation avec Giorgia, nous pouvons constater que chaque manifestation culturelle nécessite une approche différente. Giorgia a eu l’occasion de travailler avec des textiles, des papyrus, des livres anciens, des objets et des artefacts archéologiques… et aujourd’hui, elle ouvre une nouvelle porte avec le patrimoine sous-marin. De plus, sa production artistique est très variée, allant de techniques traditionnelles comme la peinture à l’huile à des techniques plus modernes comme la peinture corporelle. Giorgia est une personne aux multiples facettes et ce fut un plaisir d’en apprendre un peu plus sur sa carrière.

Je termine cet article par la définition de la conservation du patrimoine culturel de l’UNESCO, qui témoigne parfaitement de l’importance de préserver ce patrimoine de génération en génération :

« La conservation du patrimoine culturel désigne les mesures prises pour prolonger la vie du patrimoine culturel tout en renforçant la transmission de ses messages et valeurs patrimoniales significatives. Dans le domaine des biens culturels, l’objectif de la conservation est de maintenir les caractéristiques physiques et culturelles de l’objet pour s’assurer que sa valeur n’est pas diminuée et qu’il survivra à notre temps limité ».

UNESCO

Si vous avez des questions à poser à Giorgia, laissez-les dans les commentaires ou contactez-moi par courriel ou par les médias sociaux et je lui fairai parvenir !

Teaser en anglais ci-dessous: